Aller au contenu

La fréquence cardiaque maximale (ou FCM) est un chiffre qui représente, chez un individu, le nombre maximal de battements que son cœur peut atteindre par minute. Comment effectuer son calcul

 

La fréquence cardiaque maximale : qu’est-ce que c’est et pourquoi la calculer ?

 

La fréquence cardiaque maximale est utile à connaître, au moins approximativement, par certains sportifs désireux de mesurer, pendant leurs entraînements, le niveau d’intensité ressenti ou subi de l’effort en cours. Le nombre ne montre pas l’exercice en lui-même, mais à quel point le corps y réagit.

Par exemple, un coureur peut optimiser ses séances de fractionné grâce à la FCM. Par la mesure de son pouls chaque fois qu’il s’arrête de courir, il peut en effet savoir à combien de % de sa FCM, il est, pour peu qu’il connaisse cette dernière.  

 

La fréquence cardiaque maximale : différents modes de calcul suivant la précision désirée

 

Il existe deux grandes façons de faire le calcul de sa fréquence cardiaque maximale. La première consiste à appliquer une simple formule arithmétique, en utilisant son âge pour variable. En effet, la FCM tend chez l’Homme à diminuer de façon linéaire au fil des années. 

Le seconde manière de faire le calcul de sa fréquence cardiaque maximale, plus précise, consiste à réaliser un test d’effort.

 

La formule standard de calcul FCM : 220 – [Âge de la personne en années].

 

C’est la formule la plus couramment conseillée. Elle est aussi désignée par le nom « méthode de Karnoven ». En dépit de variations individuelles, on a montré que sa fiabilité est statistiquement satisfaisante. 

Par exemple, si vous avez 31 ans, il suffira de faire 220 – 31 pour approcher votre FCM réelle. L’approximation serait ainsi de 189 battements par minute dans ce cas. 

 

Les formules alternatives de calcul FMC

 

Un peu moins utilisées, deux autres formules sont connues pour procéder au calcul de sa fréquence cardiaque maximale :

 

La formule de Gulati (calcul de la fréquence cardiaque maximale pour les femmes) : 206 – (0.88 x [Âge en années])

La formule de Gulati permettrait de mieux approcher sa FCM réelle si on est une femme. Fonctionnant sur le même modèle que la formule standard, il faut retrancher à 206 son âge en années multiplié par 0,88. 

Ainsi, si vous êtes une femme de 33 ans, le calcul à faire serait : 206 – (0,88 x 33). Cela donnerait une FCM approximative de 177 battements par minute. 

 

La formule de Tanaka (calcul de la fréquence cardiaque maximale pour les enfants et adolescents) : 208 – (0.7 x [Âge en années])

Quant à la formule de Tanaka, elle s’avèrerait en théorie plus fiable pour les sportifs qui n’ont pas dépassé l’adolescence. Pour l’utiliser, il s’agit de retrancher à 208 son âge en années multiplié par 0,7. 

Ainsi, si vous êtes un jeune homme de 15 ans, le calcul à faire serait : 208 – (0,7 x 15). Cela donnerait une FCM approximative de 198 battements par minute.

  

Le test d’efforts : la méthode la plus fiable 

 

Enfin, le test d’efforts reste la plus fiable des méthodes pour approcher sa FCM exacte. Il consiste tout simplement en l’augmentation progressive d’un effort cardiorespiratoire, jusqu’à atteindre l’effort maximal. Il faut alors prendre son pouls, idéalement avec un appareil technologique pour obtenir une mesure des plus précises. 

Son principal inconvénient est d’induire un stress physique intense, supposant d’être accompagné et surveillé pour agir en sécurité, surtout en cas de trouble cardiaque connu.